Ségur aujourd'hui

jQuery Slider


     

Le petit village de Ségur, situé à une altitude moyenne de 300m, appartient au canton d'Uzerche en Corrèze et dépend de la Communauté de Communes du Pays de Saint-Yrieix en Haute-Vienne. Ses habitants, les ''séguroises'' et les "ségurois", sont au nombre de 235 depuis le dernier recensement.
Devenue plus accessible grâce aux améliorations des divers réseaux de transport, routiers, rails et aériens, la cité revêt à présent un visage rajeuni et enjoleur. Tirant parti de son site remarquable et soucieux de valoriser et de conserver son patrimoine de qualité, Ségur s'ouvre vers l'extérieur. Entré dans la famille restreinte des ''Plus Beaux Villages de France'' en 1982, le village qui appartient également à la "Route Richard Coeur de lion", constitue aujourd'hui, l'un des pôles touristiques de la Corrèze.


A la découverte du bourg - Itinéraires pour une découverte pas à pas

L'histoire de Ségur est avant tout celle de l'une des forteresses principales des vicomtes de Limoges dont le dynamisme est, de toute évidence, à l'origine de l'importance du castrum vicomtal et de l'essor de la bourgade. La présence de nombreux aristocrates attachés aux vicomtes puis, par la suite, l'installation de la cour des appeaux, donnèrent à Ségur l'allure d'une véritable petite ville où résidèrent de nombreuses familles de notables, chevaliers de la basse-cour, magistrats et aussi beaucoup de maitres-artisans.

L'ancien château, établi sur un éperon rocheux entouré par l'Auvézère, domine les vieilles maisons de la cité. Il convient d'insister sur le fait que l'essentiel du bourg résulte d'une intense vague de constructions comprise entre le XVème et le XVIIème siècle. L'étude architecturale des lieux met en évidence le nombre important de logis et hotels particuliers dotés d'un escalier à vis ainsi que la part relativement importante de maisons à pans de bois à encorbellement.


En raison du caractère tourmenté du relief, l'habitat, contraint de s'accrocher aux basses pentes des versants de la vallée, fut "éclaté" en trois bourgs, ou quartiers, disposant chacun d'une chapelle rattachée à l'église paroissiale.


Le premier de ces quartiers appartenait naguère à la paroisse de Beyssenac située au sud-ouest de Ségur. Il est constitué des maisons qui se blottissent et se pressent autour du rocher en contrebas du donjon et s'étend en direction du sud par la ruelle pentue de l'Aumonière au bout de laquelle se trouvait une chapelle aujourd'hui disparue.

 

 

 


Placée en position de carrefour, la place des Claux constitue le coeur du vieux bourg. On y découvre une belle maison du XVème à tourelle encorbellée et disposant d'une bretêche en façade au dessus de la porte. Cette maison est contigüe à deux autres maisons à pans de bois, également du XVème, qui étaient identiques à l'origine.



 

Deux magnifiques maisons jointives, classées toutes deux au titre des monuments historiques, se tiennent au sud de cette petite place. Celle de gauche est appelée "Maison Henri IV". Entièrement maçonnée en pierre elle présente en façade, de belles fenêtres de style gothique et renaissance. La maison de droite dite "Maison Boyer" comporte deux étages à pans de bois encorbellés. On remarque la composition générale qui intègre les fenêtres à croisée dans la structure du colombage.

 

_________________________________________________________________________________




Le second quartier dit la "Basse Marche" appartenait à l'époque moyenâgeuse à la paroisse de Saint-Julien située au nord de Ségur. Relié à son voisin par le pont Notre-Dame, il s'est developpé sur la rive droite de la rivière Auvézère en s'épanouissant sur l'éperon opposé à celui du château. 
 

Page en travaux